L’OM et l’OL risquent gros

OM-Galatasaray Le match a dû être interrompu une dizaine de minutes en première période.

Les premières réceptions de l’OM et de l’OL cette saison en Ligue Europa ont donné lieu à des débordements. L’UEFA promet de sévir sous peu.

C’était attendu, l’OM et l’OL n’échapperont probablement pas à la sanction. Le 30 septembre dernier, les réceptions de Galatasaray au Vélodrome et de Brondby au Groupama Stadium, dans le cadre de la 2e levée de la Ligue Europa, ont donné lieu à des débordements en tribunes. Des faits qui ne sont évidemment pas passés inaperçus auprès de l’UEFA, qui selon L’Equipe a d’ores et déjà ouvert une enquête disciplinaire à l’encontre des deux Olympiques.

Un concile au siège de la confédération européenne est programmé le 18 octobre prochain, pour une mise en délibéré et un verdict attendu le 22 octobre. A Marseille, l’usage d’engins pyrotechniques et les nombreux jets d’objets constatés entre le virage Nord et le parcage visiteurs ont motivé l’UEFA à se saisir du dossier – d’autant que le match a été suspendu huit minutes durant. A Lyon, c’est un envahissement de terrain et des obstructions de passage dans l’enceinte du stade qui sont à l’étude.

Des passifs lourds pour les deux clubs

Sur le plan judiciaire, ces différentes échauffourées, prolongées dans les deux cas hors du stade à l’issue de la partie, ont abouti à des interpellations: cinq à Marseille ; sept à Lyon. L’Arsenal de l’UEFA pour sévir à son tour est large. L’OM et l’OL, pour ces deux soirées gâchées, encourent des sanctions allant de la simple amende au huis clos intégral et répété. Par le passé, les deux clubs ont par ailleurs été frappés de sentences plus sérieuses encore mais avec sursis.

En 2018, dans la foulée de son formidable parcours de finaliste de la Ligue Europa, Marseille avait écopé d’une exclusion des compétitions européennes avec sursis, avec une période probatoire de deux ans. Le sursis ne tient plus, donc, mais au regard de cet historique, l’UEFA pourrait se montrer d’autant moins clémente. Même chose pour les Gones, qui avaient essuyé une sanction similaire au sortir d’un match houleux contre le Besiktas Istanbul au Parc OL.