Très bonne nouvelle pour Giroud !

Ecarté par Didier Deschamps depuis la rentrée, Olivier Giroud n’a pas été oublié après le sacre des Bleus lors de la Ligue des Nations.

Le palmarès d’Olivier Giroud s’est bien étoffé cette année. Car après le sacre de Chelsea lors de la Ligue des champions au printemps, ce sont les Bleus qui ont remporté, dimanche, la Ligue des Nations. Resté sur le banc lors de la finale de C1 face à Manchester City, le Savoyard n’était pourtant cette fois même pas dans le groupe des 23 Bleus retenus par Didier Deschamps, qui ne semble plus compter sur le Milanais depuis la rentrée.

Mais à l’en croire, l’ancien Gunner aura bel et bien droit à sa médaille. « Apparemment, N’Golo Kanté et moi pouvons avoir des médailles pour la Ligue des Nations car nous avons été fortement impliqués dans les qualifications. C’est donc un bel ajout à mon palmarès, n’est-ce pas ? », a-t-il ainsi confié dans les colonnes du Guardian. En début de semaine, RMC Sport avait pourtant expliqué que selon les indiscrétions obtenues auprès de la Fédération, les 40 médailles reçues par l’équipe de France devaient revenir aux 23 joueurs présents en Italie ainsi qu’à 17 membres du staff et de la délégation.

Olivier Giroud n’a en tout cas pas renoncé à l’équipe de France. « Je ne pense pas dire un jour que je prends ma retraite internationale », a-t-il assuré, confiant néanmoins ne pas faire des Bleus une obsession. « Si le manager a besoin de moi, il m’appellera. Sinon, il ne le fera pas. Je suis désormais concentré à 100% sur le Milan et sur le fait d’être décisif et efficace pour mon club. On verra bien ce qu’il se passe », a-t-il affirmé.

Si le sélectionneur a besoin de moi, j’irai

Et le natif de Chambéry de pouvoir s’appuyer sur son expérience vécue à Chelsea après l’arrivée de Franck Lampard. « Je n’ai jamais demandé à Frank Lampard de jouer quand j’étais à Chelsea, par exemple. Quand je ne jouais pas, j’étais frustré mais j’ai juste continué à faire de mon mieux et à essayer d’aider l’équipe à atteindre ses objectifs. Quand j’étais censé partir, je lui ai dit: ‘Tu ne me fais pas jouer, je suis le troisième choix, laisse-moi partir.’ Mais il a dit qu’il me donnerait une chance. Il m’a donné cette chance et j’ai fait mon travail sur le terrain, j’ai marqué huit buts en 11 matches et j’ai aidé l’équipe à se qualifier pour la Ligue des champions », a-t-il ainsi rappelé. Et il en fera donc de même avec les Bleus. « Si le sélectionneur a besoin de moi, j’irai », a-t-il encore martelé.